NTENJI WA MBUJIMAYI, DIKU DYA BENA MAWEJA DIDI DINUSEKELELA: KOLAYI! ANYISHAYI!

DIOCESE DE MBUJI-MAYI

55 ème Assemblée plénière de la CENCO du 25 au 28 juin 2018

Clôture de la 55 ème Assemblée plénière de la CENCO

Discours du Président


 

 

Eminence,

Excellences Messeigneurs les Archevêques et Evêques,

Messieurs les Abbés Secrétaires Général et Secrétaires Généraux Adjoints,

Messieurs les Abbés, Révérends Pères, Révérendes Sœurs,

Messieurs.

 

Nous voici au terme de la 55ème Assemblée Plénière de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). Je vous réitère mes remerciements pour votre présence et votre dévouement aux travaux. Vous l’aurez remarqué, l’ordre du jour était très riche. Le temps des travaux étaient initialement prévu pour 5 jours, mais compte tenu des urgences pastorales dans les diocèses respectifs, il a été ramené à 4 jours. Grâce à votre ténacité, nous avons abordé tous les points inscrits à l’ordre du jour.

Au tout premier jour de nos travaux, nous avons accueilli Monseigneur Zummer, Chargé d’Affaires a.i de la Nonciature Apostolique. A l’occasion, il nous a, entre autres, transmis les salutations de S.E. Mgr Luis Montemayor, Nonce Apostolique en RD Congo. C’est dans la communion avec le Siège Apostolique que cette assemblée s’est tenue. A cet effet, nous avons adressé de lettres respectivement au Saint Père, le Pape François et à Son Eminence la Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples.

En début des travaux, nous avons fait le suivi des décisions prises lors des réunions de l’Assemblée Plénière extraordinaire et du Comité Permanent de février 2018, et en avons évalué le niveau d’exécution. Aussi, le Secrétariat Général a porté à la connaissance de la présence assemblée les décisions et orientations pastorales adoptées par le Comité Permanent de juin 2018.

Dans l’ordre de notre mission pastorale, nous avons reçu les matières portées à la compétence de l’Assemblée Plénière par le Comité Permanent. Nous avons ainsi examiné les rapports des Commissions et des Services centraux de la CENCO.

Certaines questions ont fait l’objet d’une attention particulière de l’Assemblée. Il s’agit de :

 

1° principe de la représentativité des diocèses au Congrès eucharistique national de Lubumbashi ;

2° propositions relatives à la prise en charge de la subsistance des prêtres ;

3° la contribution de la CENCO aux 20 points d’action pour la pastorale des migrants proposés

par le Pape François ;

4° des quêtes prévues dans le calendrier pour la promotion de l’image et de la dévotion des Bienheureux Bakanja et Anuarite ;

5° l’organisation du Conseil National des Laïcs (CALCC) au mois d’Août 2018 avec la

participation aux frais de chaque diocèse ;

6° la formation des Aumôniers des jeunes par province ecclésiastique ;

7° l’attitude à adopter relativement à l’obligation des Evêques de dénoncer tout acte d’abus sexuel

commis par les clercs sur les mineurs ;

8° l’accord de principe donné à l’Ifod pour la mobilisation des fonds ;

9° proposition de clarification des statuts de l’ACEAC relativement à la composition de cette

Association par représentativité des membres de trois conférences ;

10° projet d’éducation civique et électorale.

 

Autant d’observations et des décisions ont été émises par l’Assemblée Plénière sur ces points susmentionnés.

Compte tenu de l’urgence d’être informé, en tant qu’Eglise et partenaire de l’Etat congolais, en matière d’éducation, nous avons invité le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP). Il a entretenu la présente assemblée sur la réforme scolaire amorcée dans le cadre de l’éducation de base.

Huit dossiers ont été soumis à l’examen de l’Assemblée Plénière pour approbation.

 

1.      Directoire National de pastoral du mariage et de la famille ;

2.      Catéchisme national inculturé (2ème partie) ;

3.      Guide pour l’Apostolat des Laïcs ;

4.      Les requêtes du Mouvement d’action catholique Kiro-Congo ;

5.      Guide de la pastorale carcérale ;

6.      Vademecum du Curé et des Vicaires paroissiaux ;

7.      Rituel des funérailles ;

8.      Congrès Eucharistiques National.

 

Tous ces dossiers ont été analysés à leur juste valeur dans les carrefours constitués par Province ecclésiastique. Le Guide pour l’Apostolat des Laïcs a été adopté. Tandis que les autres documents ont été renvoyés aux commissions pour clarification et précisions. Pour ce faire, leur appréciation et éventuelle approbation sont renvoyées à la prochaine Assemblée Plénière.

 

Concernant la situation du pays, de l’analyse du « paysage sociopastoral » préparé par notre Commission Justice et Paix, et enrichi par les échanges, quelques axes de réflexion ont été dégagés : les questions relatives au processus électoral ; le secteur politique, notamment la question de transfèrement des eaux de l’Ubangi au Lac Tchad ; la situation sécuritaire et humanitaire toujours préoccupante. Il s’est avéré que la situation sociopolitique de notre pays demeure toujours tendue. Ce qui fait planer des incertitudes sur notre pays et des inquiétudes en nous.

 

Les joies et les peines du peuple confié à notre charge, étant les nôtres (GS 76), nous avons réfléchi sur quelle proposition la CENCO pouvait faire à la société congolaise dans la situation actuelle. A cet effet, nous avons adressé un message au Peuple congolais et aux hommes de bonne volonté, rappelant les fondamentaux que sont la Constitution et l’Accord de la Saint Sylvestre qui doivent être respectés et affirmant la volonté du Peuple congolais d’aller aux élections, pour aider à faire aboutir le processus électoral.

 

Je souhaite à tous et à chacun, une bonne fête de l’indépendance. Puisse le Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie, Mère de l’Eglise et Notre Dame du Congo, veiller sur notre pastorale et sur la République Démocratique du Congo. Sur ce, je déclare clos les travaux de la 55ème Assemblée Plénière de la CENCO. Je vous remercie pour votre aimable attention.

 

Fait à Kinshasa, le 28 juin 2018

+ Marcel Utembi Tapa

Archevêque de Kisangani

Président de la CENCO

 

 

  CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO

 P r é s i d e n c e

BP. 3258 – Kinshasa /Gombe

Tél. : +243 998 248 699

Fax : +33172703031

E-mail : cencordc@gmail.com

République Démocratique du Congo

 

MESSAGE DE LA 55èmeASSEMBLEE PLENIERE DE LA CONFERENCE EPISCOPALE NATIONALE DU CONGO (CENCO)

 

SAUVONS LE PROCESSUS ELECTORAL 

« Le Fils de l’homme est venu sauver ce qui était perdu »  (Mt 18, 11)

 

  1. Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques, membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), réunis en Assemblée Plénière à Kinshasa du 25 au 29 juin 2018, toujours mus par la sollicitude  à l’égard du Peuple congolais dont nous avons la charge pastorale, sommes très préoccupés par les incertitudes qui planent sur notre pays. A six mois de la tenue des élections présidentielle, législatives nationale et provinciale, le climat sociopolitique demeure encore tendu, la situation sécuritaire et humanitaire précaire et les droits de l’homme sont bafoués.

 

  1. Néanmoins, nous sommes convaincus que  la sortie pacifique de la crise qui sévit dans notre pays, passe nécessairement par l’organisation de bonnes élections. Nous devons sauver le processus électoral.

 

  1. Ayant payé de son sang pour l’alternance démocratique, le Peuple congolais, debout, attend impatiemment la tenue des élections le 23 décembre 2018 et non plus au-delà.

                                                                                     

  1. REGARD SUR LE PROCESSUS ELECTORAL

 

  1. Considérant le calendrier électoral publié, nous reconnaissons les avancées accomplies dans le processus électoral, notamment l’existence d’un fichier électoral, la mise en œuvre partielle des mesures de décrispation du climat politique, un timide respect de la liberté des manifestations publiques.

 

  1. Cependant, au lendemain de la convocation du l’électorat, les avancées susmentionnées ne nous rassurent pas au regard des inquiétudes suivantes :

Le climat politique

  1. Le non parachèvement des mesures de décrispation prévues dans l’Accord de la Saint-Sylvestre est inexplicable et inacceptable. Le maintien en prison ou en exil des cas emblématiques pour leurs opinions politiques, n’est pas de nature à favoriser les élections inclusives et apaisées que nous voulons tous.

 

Le fichier électoral

 

  1. Nous sommes préoccupés par le fait que le fichier électoral divise les parties prenantes au processus électoral. A ce propos, l’audit réalisé par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a relevé des  faiblesses, dont le manque d’empreintes digitales pour 16,6 %, soit six millions sept cent mille d’enrôlés (6,7 millions).

 

La machine à voter

 

  1. Nous  constatons qu’il n’y a toujours pas de consensus sur l’utilisation ou non de la machine à voter. A ce sujet, certains menacent même de boycotter les élections, apparemment sans en évaluer les conséquences.

 

La sécurité

 

  1. Nous déplorons l’insécurité persistante et croissante dans plusieurs provinces, aggravée par la multiplicité de groupes armés. Paradoxalement, cette situation contraste avec l’impressionnante militarisation du pays, entre autres dans le Nord-Kivu. Cette insécurité, vraisemblablement entretenue, ne risque-t-elle pas de servir de prétexte au refus d’organiser les élections dans le délai ?

 

II. LES ELECTIONS QUE LE PEUPLE VEUT

 

  1.  Pour être crédibles, les élections doivent être conformes à la Constitution et à l’Accord de la Saint-Sylvestre, capables de garantir l’alternance. A ce sujet, il convient de rappeler l’Accord du 31 décembre 2016 qui, conformément à la Constitution (Article 70), stipule : « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Il s’ensuit que tout président ayant épuisé le deuxième mandat ne peut plus en briguer un troisième » (III.2.1). C’est le cas de l’actuel Président de la  République.

 

  1.  Il importe de souligner que dans l’esprit dudit Accord, les élections crédibles et apaisées sont celles inclusives où toutes les parties prenantes jouissent de l’égalité de chance et dont les résultats sont  effectivement l’expression de la volonté du peuple. Nous disons NON aux élections biaisées.

 

  1.  Depuis plusieurs décennies, les différents systèmes de gouvernance qui se sont succédé ont mis le pays à genoux. Dès lors, la RD Congo a besoin de l’alternance, d’un nouveau leadership et d’une nouvelle classe politique qui placent les intérêts des Congolais au centre de toutes les préoccupations politiques. Pour y parvenir, il faut avoir aux commandes de l’Etat, des hommes et des femmes compétents et intègres qui aiment réellement le pays.

 

III. NOS RECOMMANDATIONS

 

  1.  A Son Excellence Monsieur le Président de la République:

Nous demandons d’assumer ses responsabilités devant la Nation et de prêter l’oreille aux aspirations du Peuple congolais en veillant au respect de la Constitution et de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

  1.  A nous-mêmes, Peuple congolais :

Continuons à exiger des élections crédibles dans le respect du calendrier électoral publié. Ne cédons ni à la peur ni à la résignation et encore moins à la violence. Résistons à l’achat de conscience et aux manipulations politiciennes.

  1.  A vous, les Jeunes :

Nous vous exhortons à ne pas vous laisser manipuler par ceux qui vous incitent à la violence ou vous enrôlent dans des groupes armés ou des milices. L’avenir de la RD Congo vous appartient, préparez-vous de manière responsable dès maintenant à assumer vos responsabilités pour construire un Congo plus beau qu’avant.

 

  1.  A vous, Honorables Députés et Sénateurs :

Nous recommandons de relayer effectivement les aspirations profondes du Peuple au changement et de ne pas voter des lois qui ne rencontrent pas le bien du Peuple congolais.

  1.  Au Gouvernement central:

Nous recommandons de tout mettre en œuvre pour  parachever les mesures de décrispation du climat politique. Il s’agit notamment des cas des figures emblématiques, des prisonniers d’opinion et des exilés politiques, afin de garantir l’inclusivité et l’égalité de chance pour tous. Il est temps de faire lever les dispositions des Gouverneurs et Bourgmestres qui entravent la liberté de manifestations publiques. Nous vous demandons d’assurer le décaissement des fonds au rythme des besoins de la CENI, afin de respecter le calendrier électoral. Il vous incombe de sécuriser effectivement la population et le territoire national, particulièrement les frontières afin d’avoir les élections apaisées sur toute l’étendue du pays.

  1.  A la CENI :

Nous demandons de publier le plus tôt possible les listes provisoires qui pourront rassurer que les six millions sept cent mille (6,7 millions) enrôlés sans empreintes digitales ne sont pas des personnes fictives et d’apaiser la Nation sur la gestion de 1,2 millions de surplus de cartes d’électeurs non utilisées ; d’accéder à la demande d’une expertise nationale et internationale de la « machine à voter ». Car, les conclusions d’une telle expertise indépendante pourraient aider à trouver un consensus. Nous le rappelons, sans consensus à ce sujet, il serait prudent de s’en tenir à ce qui est prévu dans le calendrier électoral, à savoir l’impression et le déploiement des bulletins de votes, des procès-verbaux et des fiches de résultat (cf. nn. 38, 39 et 40).

  1.  A vous, Acteurs politiques:

Nous recommandons de vous engager de bonne foi dans le processus électoral et d’éviter tout extrémisme qui risque de plonger le pays dans une crise plus profonde encore ; de vous concentrer sur la formation des membres de vos partis ; de proposer des programmes politiques et des projets de société pertinents, en privilégiant les débats d’idées ; de préparer vos témoins pour les bureaux de vote ; et d’éviter de manipuler les jeunes ou de les inciter à la violence à de fins électoralistes.

  1.  Aux membres des Organisations de la Société civile:

Il vous incombe de demeurer alertes et engagés à accompagner la population par l’éducation civique et électorale, et de l’aider à bien discerner pour faire un bon choix.

  1.  A vous, membres de la Communauté Internationale:

Nous vous prions de poursuivre l’accompagnement du processus électoral et de placer l’intérêt supérieur du Peuple congolais au centre des négociations diplomatiques.

 

CONCLUSION

 

22. Nous recommandons au Peuple congolais et aux hommes de bonne volonté d’être assidus dans la prière pour la sauvegarde du processus électoral. Car, « Si le Seigneur ne bâtit la maison, c’est en vain que peinent les bâtisseurs ; si le Seigneur ne garde la ville, en vain la garde veille » (Ps 127,1).

23. A l’occasion du 58ème anniversaire de l’Indépendance, que Dieu bénisse notre Pays et son Peuple et que l’Esprit Saint rende lucides les parties prenantes au processus électoral en vue d’un avenir meilleur. Puisse la Vierge Marie, Notre Dame de l’espérance, intercéder pour nous.

 

Kinshasa, le 29 juin 2018, en la solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire